Print Friendly, PDF & Email

La Savoie est un département français de la région Rhône-Alpes. Les habitants de la Savoie sont connus sous le nom de Savoyards mais s’appellent aussi Savoisiens qui est leur nom historique. L’Insee et la Poste lui attribuent le code 73.

Localisation

Situation

Relief du département.

Découpage territorial des différentes communes du département.

La Savoie fait partie de la Région Rhône-Alpes. Son territoire a une superficie totale d’environ 6 028 km². Ce qui territorialement représente 14 % de la région[1]. Elle est limitrophe des départements de la Haute-Savoie, de l’Ain, de l’Isère et des Hautes-Alpes, ainsi que de l’Italie.

Une grande partie de la Savoie se compose de montagnes :

Massif des Bauges Massif de la Chartreuse Massif de la Vanoise Massif du Beaufortain La partie la plus méridionale du Jura, à l’altitude plus modeste : l’Avant-Pays savoyard

Le département est traversé par l’Isère et l’Arc (rivière), qui prennent leur source près du Col de l’Iseran. L’Arc rejoint l’Isère au niveau de la Combe de Savoie. Ses deux principales étendues d’eau sont le lac du Bourget (le plus grand et le plus profond lac naturel d’origine glaciaire français entièrement en France) et le lac d’Aiguebelette, l’un des moins pollués de France[réf. nécessaire] en raison d’un arrêté préfectoral de 1976 qui interdit l’usage de bateaux à moteurs.

Le département de la Savoie est composé de 305 communes. Les communes les plus peuplées du départements sont Chambéry et Aix-les-Bains.

Climat

La Savoie est un département de montagne (l’altitude moyenne y avoisine 1 500 m environ), donc soumis à un climat montagnard. La description du climat est complexe : ce département est non seulement soumis à des influences océaniques (perturbations), continentales (froid l’hiver, chaud l’été) et méditerranéennes (vague de chaleur et sécheresse en été), mais aussi à la présence de relief qui introduit une différentiation spatiale avec de nombreux climats locaux et des microclimats (en fonction de l’altitude et des formes de relief, cuvettes, versants exposés…). Notons aussi la présence de retour d’est (provoquant de grosses chutes de neige en hiver sur l’est du département), et des Effet de foehn (comme la Lombarde au Mont-Cenis).

Les précipitations sont satisfaisantes et la Savoie ne fait pas partie des départements qui souffrent le plus du manque d’eau lors de canicules.

La vallée de la Maurienne où se trouve Saint-Jean-de-Maurienne a, par exemple, le climat le plus chaud et le plus ensoleillé de Savoie (comparable a celui du Valais en précipitations et celui du bassin grenoblois en températures)[réf. nécessaire], à l’inverse des Bauges et de la Chartreuse, souvent soumises aux perturbations d’ouest et aux orages.

La Savoie a entre autres un climat bien plus chaud que la Haute-Savoie.

Avec le Changement climatique, on assiste depuis les années 1950 (début des mesures météorologiques) à une augmentation des températures moyennes hivernales, printanières et estivales, et une baisse des cumuls de neige. Les quantités de précipitations n’ont quant à elles pas changé, la Savoie restant un château d’eau[2]. Toutefois, les sécheresses des années 2003 à 2006 ont provoqué un tarissement des sources et une tension sur le partage de la ressource en eau en montagne entre EDF, l’enneigement artificiel (Canon à neige), le tourisme hivernal, l’alimentation en eau potable et l’agriculture, provoquant la réaction du Conseil Général sur l’urgence de choix raisonnés. En Haute-Maurienne, vallée déjà particulièrement sèche, l’agriculture a souffert du manque d’eau ce qui a réduit la production du Beaufor.

Moyennes et records:

À Chambéry-Aix-les-Bains (235 m) :

– Température moyenne annuelle (période 1973/2000) : 11,1 °C (2,2 °C en janvier et 20,4 °C en juillet). – Hauteur de précipitation moyenne annuelle : 1 296,8 mm – Durée d’insolation moyenne annuelle (période 1991/2000) : 1834,1 heures

Records de température (période 1973/2009) : – Température la plus élevée : 38,8 °C le 11 août 2003 – Température la plus basse : -19 °C le 7 janvier 1985.

À Bourg-Saint-Maurice (865 m),

– Température moyenne annuelle (période 1971/2000) : 9,4 °C (0.6 °C en janvier et 18,6 °C en juillet). – Hauteur de précipitation moyenne annuelle : 985,1 mm – Durée d’insolation moyenne annuelle (période 1991/2000) : 1957 heures

Records de température (période 1946/2008) : – Température la plus élevée : 38,4 °C le 31 juillet 1983 – Température la plus basse : -21,3 °C le 6 janvier 1985.

Voies de communication et transport

Voies routières

En Savoie, on dénombre 16,8 % de ménages sans voiture, 48,53 % de ménages avec une voiture et 34,67 % de ménages avec deux voitures ou plus[5].

Transport ferroviaire

Le transport ferroviaire de voyageurs, au sein du département de la Savoie, s’élève à 6 263 887 voyageurs pour l’année 2005, ce qui sur deux ans représente une hausse d’environ 9,4 %. Un projet de ferroutage verra bientôt le jour. Il s’agit de la liaison ferroviaire Lyon-Turin. Cette infrastructure permettra le soulagement du trafic routier en délaissant une partie du fret notamment.

Transports aériens

Le tarmac de l’aéroport Chambéry – Savoie à l’hiver 2007.

Le transport aérien, au niveau départemental, est en constante augmentation. L’aéroport de Chambéry – Savoie, est implanté au nord de la ville de Chambéry, sur la commune de Voglans, à quelques mètres seulement de la rive sud du lac du Bourget. Il dessert de nombreux pays dont la Grande-Bretagne (Manchester, Birmingham, Édimbourg…), le Danemark (Copenhague, Billund…), la Suède (Göteborg…). Il y a de nombreuses lignes hivernales en raison de la proximité des stations de sport d’hiver. Trois compagnies à bas prix proposent des vols réguliers. L’aéroport Chambéry – Savoie totalise à lui seul, pour l’année 2005, 9 844 passagers vols d’affaires, 194 435 passagers commerciaux dont 21 390 passagers vols réguliers. L’activité charters neige représente 122 418 passagers pour la saison hivernale 2005-2006. Deux autres aérodromes existent en Savoie : L’aérodrome de Chambéry – Challes-les-Eaux qui est de taille modeste. Il est essentiellement spécialisé dans la pratique du planeur. L aérodrome d’Albertville (Frontenex) de plus petite taille, où est notamment basé le SAF (Secours Aérien Français). Il existe aussi de nombreuses altisurface dans les stations des ski: comme les alitport de Courchevel, de Méribel, etc…

Autres voies de communication

Le canal de Savières et ses quatre kilomètres où il est possible de naviguer paisiblement.

Faits historiques

On considère généralement que la Savoie tire son nom du latin Sapaudia ou Sabaudia, pour désigner un pays couvert de sapins.

Faisant longtemps partie des États de Savoie (appartenant à la famille de Savoie), la Savoie a été occupée plusieurs fois par les Français à partir du XVIe siècle. Intégrée au département du Mont-Blanc de 1792 à 1815 (et partiellement à celui du Léman de 1798 à 1814), elle a été rattachée à la France par plébiscite en mars 1860. L’ancien duché de Savoie a alors donné naissance aux deux départements de la Savoie et de la Haute-Savoie lorsque sa souveraineté est passée sous tutelle française.

La capitale historique de la Savoie est Chambéry.

Moûtiers, capitale de la Tarentaise, n’est plus qu’un chef-lieu d’arrondissement depuis la loi du 10 septembre 1926.

La Savoie, avec Albertville a organisé les Jeux olympiques d’hiver de 1992, faisant participer les stations de ski de Tarentaise et du Beaufortain.

Les Allobroges est l’hymne officieux de la Savoie. La liberté qui s’exprime à travers cet hymne évoque le refuge en Savoie des proscrits par le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte en décembre 1851. La musique militaire sarde est de Conterno, chef de musique d’un contingent savoyard de retour de Crimée et séjournant à Chambéry, les paroles ont été rédigées par Joseph Dessaix, petit neveu du général du même nom.

Le département de la Savoie est occupé par l’Italie fasciste de novembre 1942 à septembre 1943.

Manifestations culturelles et festivités

Le festival de musique Musilac à Aix-les-Bains (juillet).

De nombreuses manifestations sont par ailleurs organisées un peu partout tout au long de l’année.

Sports

Le développement du ski, au XXe siècle, a fait de la Savoie le premier département de France pour le nombre de stations de sports d’hiver, dont certaines très importantes telles que Courchevel, Méribel, Les Menuires, Val Thorens qui forment le domaine des 3 vallées (plus grand domaine skiable au monde), Valmorel, Val-d’Isère, Tignes, Les Arcs, La Plagne, Les Saisies et enfin le Savoie Grand Revard qui est le premier site nordique de France.